Français English

Nous vous accueillons
du mardi au vendredi : de 9h30 à 12h15
et de 14h à 18h
le samedi : de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30.

L'office est fermé le dimanche et le lundi.

Nous contacter
57483390.jpg canoe-retouchee.jpg cheval-pour-foto.jpg fontaine-retouchee.jpg val-gallerand-retouchee.jpg
Inscrivez-vous à la Newsletter Voir le site de l'intercom Risle & Charentonne Carte interactive La boutique de l'OT
Eure tourisme Comité régional de tourisme Normandie

Le Prieuré de la Sainte Trinité

On ne peut quitter Beaumont le Roger sans aller visiter les vestiges du Prieuré de la Sainte Trinité.

L’originalité de l’architecture du Prieuré de la Sainte Trinité rappelle la Sainte Chapelle de Paris.

Si aujourd’hui, il ne reste que quelques pans de murs des anciens bâtiments claustraux, seule l’église profile sur le verdoyant coteau ses élégantes ogives du XIIIème, les voûtes et les murailles méridionales ont été détruites.

Son plan était celui d’une nef rectangulaire de dix mètres de largeur, formée de cinq travées et terminées par un chevet droit, dans lequel s’ouvrait une immense fenêtre. Ces nervures des voûtes surbaissées retombaient sur un groupe de trois colonnettes à chapiteaux garnis de crochets.

Ces quatre dernières fenêtres sont un peu plus larges que les autres. Ce qui constitue l’originalité de cette construction, qui devait rappeler la Sainte Chapelle de Paris, c’est une série d’arcades très profondes, pratiquées au rez de chaussée du mur de manière à former une véritable arcature. Ce long et large couloir en pente autrefois voûté qui donne accès à l’enceinte, constitue une des choses les plus originales qui peuvent se voir.

Elle doit sa construction à Roger de Beaumont

C’est en 1088 que l’on place la Charte de sa fondation par Roger de Beaumont.

 

Le Prieuré de la Sainte Trinité à Beaumont le Roger fut d’abord une collégiale dont le service était confié à des chanoines anglais de STE FRIDESWIDE d’Oxford. C’est en 1142, que des religieuses du Bec-Hellouin remplacèrent les chanoines. D’années en années, en 1634, on y trouvait plus qu’un Prieur et deux chanoines.

A la veille de la Révolution (1776) deux chapelains logent dans les bâtiments claustraux. Ceux-ci furent dévastés pendant la Révolution et l’Industrie s’empara des restes des bâtiments. En 1820, le Prieuré était une filature de Coton et une fabrique de rubans. En 1855, ces industries furent ravagées par un incendie. C’est alors que les ruines furent offertes pour une somme modique et achetées par un homme peu scrupuleux, qui détruisit le site pour en vendre les matériaux. De nombreuses maisons de Beaumont le Roger ont été construites avec les pierres du Prieuré. Aujourd’hui, ce site est classé Monument historique.

La visite est libre