Français English

Nous vous accueillons
du mardi au vendredi : de 9h30 à 12h15
et de 14h à 18h
le samedi : de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30.

L'office est fermé le dimanche et le lundi.

Nous contacter
57483390.jpg canoe-retouchee.jpg cheval-pour-foto.jpg fontaine-retouchee.jpg val-gallerand-retouchee.jpg
Inscrivez-vous à la Newsletter Voir le site de l'intercom Risle & Charentonne Carte interactive La boutique de l'OT
Eure tourisme Comité régional de tourisme Normandie

 L’église Saint-Aignan de la Houssaye

 

Patronage : le seigneur du Moulin-Chapel

L’église Saint-Aignan de la Houssaye est un petit édifice d’origine romane, offrant une nef rectangulaire, un chœur en retrait de même forme suivie par une sacristie en briques de la fin du XVIIe siècle.

De la construction du XIe siècle, il subsiste une étroite baie cintrée au nord de la nef et une autre plus étroite encore dont le cintre est creusé  dans un seul claveau au nord du  chœur ; il reste aussi des vestiges d’autres ouvertures de la même époque dont ceux d’une porte en plein cintre à un seul rang de claveau reposant sur un linteau monolithe encadrant un tympan plein garni de compartiments losangés séparés par de larges joints de mortier rougeâtre. L’arcade est accompagnée d’un sourcil sur le biseau duquel se détachent des billettes cylindriques. Cette porte fut remplacée au XIIè siècle par une autre plus petite en plein cintre également, plus élevée, comportant linteau et tympan sans ornementation.

Lors du transfert du clocher sur l’extrémité orientale de la nef au XVIe siècle, on établit un contrefort en pierre de taille qui obligera à condamner cette porte. Il semble qu’au XIVe siècle, ait été percé dans le mur sud du chœur , une fenêtre qui a été remplacée au XVIIe siècle par deux larges baies en plein cintre, pratiquée en même temps qu’une baie semblable au nord de la nef. Au XVIe siècle, les pignons à l’ouest et à l’est ont été reconstruits en échiquier de pierres et de silex taillés et munis de contreforts en pierres de taille.

A la façade, les contreforts sont ainsi répartis : deux à chaque angle et un de chaque côté de la porte, servant de support à des statues de pierre ( saint Sébastien ; saint Aignan) surmontées d’un dais. Le clocher carré en charpente qui domine la façade est couronné par une fenêtre octogonale. Les trois fenêtres en tiers-point  et moulurées du mur méridional de la nef, sont du XVIe siècle.

Mobilier :

  • un vitrail du XIIIe siècle figurant Saint Michel
  • trois contre-tables du troisième quart du XVIIe siècle
  • un bahut Louis XIII au banc  d’œuvre
  • un saint Hubert en bois, du XVIIe siècle.