Français English

Nous vous accueillons
du mardi au vendredi : de 9h30 à 12h15
et de 14h à 18h
le samedi : de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30.

L'office est fermé le dimanche et le lundi.

Nous contacter
57483390.jpg canoe-retouchee.jpg cheval-pour-foto.jpg fontaine-retouchee.jpg val-gallerand-retouchee.jpg
Inscrivez-vous à la Newsletter Voir le site de l'intercom Risle & Charentonne Carte interactive La boutique de l'OT
Eure tourisme Comité régional de tourisme Normandie

L’église Notre Dame de Bray

 

Patronage : le prieur d’Harcourt par don de Jean III d’Harcourt vers 1320.

L’église de Bray est composé d’une tour carrée des environs de 1225 percée sur trois côtés d’une longue baie en tiers-point à deux lancettes, quadrilobe et sourcil, d’une nef du XVIe siècle à larges fenêtres cintrées du XVIIIe et portail occidental en anse de panier décoré de motifs Renaissance, flanquée à son extrémité orientales de deux petites chapelles rectangulaires en pierres du XVIe siècle cette nef est prolongée par un chœur rectangulaire en pierres et remplissage de silex du XIIIe siècle percé au nord et au sud de trois fenêtres en tiers point à deux lancettes surmontées d’un oculus et d’un sourcil. Au chevet deux fenêtres semblables étaient séparées par un contrefort central. La tour et le chœur sont épaulés par des contreforts à deux glacis ; le chœur a conservé une corniche gravée de trèfles en creux. L’édifice dont la construction est due vraisemblablement à Richard d’Harcourt est recouvert de voûtes en merrain, mais le chœur reçut trois voûtes sur croisées d’ogives. La tour est du reste encore voûtée de cette façon, les nervures reposant sur des culots à crochets.

Mobilier :

  • Fonts dodécagonaux à arcatures trilobées du XIIIè siècle
  • Ensemble de boiseries du XVIIIè siècle dues à l’initiative de l’avant-dernier prieur, membre de la famille Pillon de Giverville : chaire,contretables des autels latéraux, quatre stalles, revêtement de l’arc triomphal, lambris du chœur avec fausse porte et bas reliefs et autel majeur à contretable ornée d’un bas relief figurant les pélerins d’Emmaüs. Ces boiseries encadrent de bonnes toiles du XVIIIe siècle : un rosaire non signé et une annonciation de Descours fils.